Main menu

Richard MANDIN 1909/2002 – Nature morte à Magui – Ecole Française du XX°

Nom oeuvre : Nature morte à Magui
Epoque : XXe siècle
Ecole : Française
Etat : Bon état
Matière : Huile sur toile
Dimensions : 82 cm (l) x 63 cm (h) x (p)
Vendu

Richard MANDIN 1909/2002 – Nature morte à Magui – Signée datée 1948 et dédicacée – Ecole Française du XX°.

 

Cette œuvre est inclus dans le catalogue raisonné par Annick Masquin et Bernard Plasse sous la référence MU005 page 200. Toutes les références sont visibles au dos.

 

MANDIN Richard 1909 / 2002

Né en 1909 à Marseille (Bouches-du-Rhône). Mort en 2002 à Marseille. XXe siècle.

Peintre, illustrateur et musicien. Expressionniste.

Déjà, à cinq ans, il étudie le piano et dessine beaucoup. A quinze ans, il entre à l’Ecole des Beaux-arts de Marseille. Il suit ensuite l’Ecole du Louvre à Paris. A 23 ans, il revient dans sa ville pour ne plus la quitter. Il travaille inlassablement, mais expose peu. La vie matérielle n’est pas aisée. Il vend ses dessins à la sauvette. Le papier journal s’offre ainsi comme un support généreux.

Il a encore cette originalité de peindre, la plupart du temps, sur du papier qu’il maroufle ensuite sur carton ou sur toile.

En 1946, il expose à Paris, en compagnie de Pierre AMBROGIANI, d’Antoine FERRARI et d’Auguste CHABAUD. L’exposition ne passera pas inaperçue : l’année suivante, il est sélectionné avec BRAQUE, CHABAUD, CHAGALL, MONET et PICASSO pour une grande exposition à New york. C’est le succès.

Après un procès avec une Galerie dans les années 50, Richard MANDIN décide de ne plus exposer.

De 1948 à 1950, il participa à des expositions à New York, à partir de 1954, il exposa à Marseille, Deauville, Paris, Cassis, Salon-de-Provence, Aix-en-Provence, donnant souvent des auditions de ses compositions musicales.

Ses peintures relèvent d’un expressionnisme instinctif ; une pâte triturée en épaisseurs supplantant un dessin sommaire.

C’est son amour pour la matière qui peut expliquer que les sujets de ses tableaux s’y confondent au point de ne pouvoir les distinguer qu’à la suite d’un regard soutenu. Comme des nuages, des arbres, des roches peuvent évoquer des formes ou silhouettes, dans la matière de sa peinture apparaissent des personnages, des chevaux, des chiens…

La peinture de Richard MANDIN vibrante et richement colorée, parfois dépouillée mais non dénuée de symboles, réussit, comme un enchantement, à figurer l’écho de sa musique.

De son pinceau, tel un chef d’orchestre, il réussit à faire jaillir une présence fugitive, telle une note.

Conjuguer les deux Arts avec une telle passion est déjà un prodige.

Son amour pour la beauté féminine, pour la nature et les oiseaux, il l’a ainsi transposé dans les notes aériennes et improvisées de sa musique et incarné dans la matière sensuelle de ses tableaux.

Ecoutons sa musique, pour savoir si elle parvient à nous faire entrevoir une femme, un oiseau, la nature.

Œuvres présents dans les Muses : MARSEILLE Mus. Cantini – MARSEILLE Mus. Longchamp – SALON-DE-PROVENCE.

Source Pierre GOUVERNEUR

Bénézit

 

Signé : en bas à haut à gauche – Mandin et dédicacée
Epoque : Ecole Française de la fin du 20ème datée 1948
Technique : Huile sur toile – Bon état
Format : avec cadre 82 x 63 cm- 32.3 x 24.8 inches – Sans cadre 65 x 46 cm – 25.6 x 17.3 inches
Cadre : cadre en bois récent – Bon état

Galerie France (siège)

Galerie privée 
Sur rendez-vous 7/7 jours 
Avignon / France

 

Galerie Chine

Star River, Xin He Road
030006 Taiyuan, Shanxi
China

Galerie Sculptures

 Voir le site